En pratique

Selon le cas, l’espèce, la race, l’âge, l’activité, les antécédents médicaux, l’environnement, les habitudes de vie de votre animal, je suis amenée à utiliser plusieurs techniques de manipulation parmi lesquelles on compte :

L’ostéopathie structurelle → agit sur le squelette ; elle vise à corriger les dysfonctions ostéo-articulaires des membres et de la colonne vertébrale. Une pièce osseuse ne respectant pas son axe initial par rapport aux pièces osseuses qui lui sont adjacentes viendra troubler la biomécanique, la circulation sanguine, l’information nerveuse et tout autre tissu qui lui est attaché.
Les techniques réflexes entrent dans le cadre du structurel en s’appuyant sur les réponses nerveuses/fasciales/musculaires des tissus adjacents au rachis (ou toutes autres articulations) qui est alors maintenu en dysfonction par la contracture de sauvegarde que l’organisme aura mis en place lors de la réalisation d’un mouvement inapproprié ; en appliquant les traits tirés et points réflexes sur des zones stratégiques, on déprogramme la contracture pour que la colonne vertébrale retrouve souplesse et mouvement.

L’ostéopathie tissulaire ou liquidienne ou fluidique → agit sur les muscles, les fascias, les tendons, les ligaments ; elle vise à corriger les dysfonctions tissulaires telles que les contractures, les tensions dues à des cicatrices ou des viscères sous-jacents, …

L’ostéopathie viscérale → agit sur les viscères thoraciques, abdominaux et pelviens ; elle vise à corriger les dysfonctions viscérales pour favoriser un meilleur transit intestinal, aider l’élimination de déchets par les reins et le foie, améliorer le suivi de reproduction, …

L’ostéopathie crânienne ou crânio-sacrée → agit principalement sur le crâne en lien avec le sacrum via les méninges recouvrant la moelle épinière ; on y applique des méthodes structurelles et/ou tissulaires ; elle vise à influer les réponses nerveuses et hormonales, à toucher à la dimension des émotions, à réguler le Mouvement Respiratoire Primaire (mouvement involontaire et rythmique, perceptible dans l’ensemble du corps mais invisible à l’œil nu ; il prend sa source au niveau du crâne et se détermine par la motilité du système nerveux central, la mobilité des os du crâne, l’action des membranes de tensions réciproques, la fluctuation du liquide céphalo-rachidien et la mobilité du sacrum), …

L’ostéopathie s’adresse à presque tout le monde grâce à la grande diversité de techniques que nous avons à notre disposition. Cependant, il reste certain qu’il est des cas particuliers, des pathologies déterminées pour lesquelles le praticien ne pourra pas aider autrement qu’en vous renvoyant vers un professionnel compétant. L’ostéopathie apporte bien-être et confort de vie, peut régler ou soulager de nombreux problèmes biomécaniques et viscéraux, améliorer et maintenir les performances d’activité de votre animal mais elle ne remplace en rien la pratique et l’avis de votre vétérinaire ainsi que l’intervention collaborative de professionnels de la santé animale tels que le dentiste, maréchal-ferrant, pareur et autres.


Ci-après je vous propose une liste non-exhaustive des raisons de consulter un ostéopathe animalier.

Indications à l’ostéopathie

  • Troubles de la locomotion : boiterie, raideur, mal de dos, difficulté au travail (réticence sur certains exercices tels que incurvation/saut, manque d’engagement, …)
  • Réactions au sanglage/montoir ou lorsque l’on met le mors, réactions en laisse/longe en harnais/collier/licol
  • Tout changement de comportement : tic, agressivité, apathie, …
  • Troubles digestifs : prise d’état compliquée, poil terne, …
  • Rééducation post-traumatique ou post-opératoire : aide à l’élimination des déchets médicamenteux par l’organisme, adhérence de cicatrices, …
  • Soutien et confort pour certaines pathologies (en complément du vétérinaire) : accrochement de la rotule, ulcères gastriques, après une fourbure, dysplasie de la hanche, dysplasie du coude, hernie discale, diabète, mammite, …
  • Suivi sportif : préparation et récupération d’efforts intenses
  • Baisse de forme ou de performance
  • Suivi de reproduction de la femelle (ante et post-parturition) et de croissance du produit
  • Suivi du sujet âgé : confort de l’état arthrosique, stimulation globale de l’organisme

Contre-indications nécessitant une prise en charge vétérinaire en premier lieu

  • Traumatismes structurels graves : fracture non consolidée, luxation
  • Cancer métastasé, tumeur
  • Trouble vasculaire, hématome non stabilisé
  • Gestation en cours (à voir au cas par cas)

En tout état de cause l’ostéopathie est avant tout une médecine préventive. Un bilan annuel pour régler les petits problèmes qui sont survenus au cours des mois écoulés est fortement recommandé afin de garder le contrôle sur la santé.